Aujourd’hui est un grand jour

Aujourd’hui est un grand jour pour moi, puisque je vais voir pour la deuxième fois une nouvelle psy! Est-ce ce cela qui me rend légère aujourd’hui ? J’ai déjà peur du retour, après l’avoir vue, de devoir me dire, maintenant, il faut reprendre la vie et le boulot jusqu’à la semaine prochaine, à la séance suivante…

Aujourd’hui, je vais donc parler de l’humeur. L’humeur! L’humeur ? Vaste sujet en ce qui me concerne, car c’est quelque chose que je ne maîtrise pas du tout. Bon, je pense que nous sommes nombreux dans ce cas. Pour ma part, j’arrive à la garder pour moi et à ne pas me mettre à insulter tout le monde ou à pleurer, quand je suis avec des gens. Mais qu’en est-il lorsque je suis seule ? J’adore être seule. C’est quelque chose dont j’ai besoin pour me reposer, me ressourcer et tout ça. Pourtant, quand je suis seule chez moi, je me sens souvent mal. Pas tout le temps, mais quand je me sens mal en général, je me sens très mal : je pleure, je stresse, j’ai des idées noires,…bref, je déprime. Cette semaine encore j’ai eu une après-midi et le lendemain matin, pendant lesquels je ne faisais que pleurer, stresser,… Ça m’a laissée épuisée. Alors qu’aujourd’hui, je me suis levée, j’ai mangé trop sucré au petit déjeuner et je n’ai pas été courir, et pourtant ça va. J’ai pris un bain, j’ai mon café, je me sens bien. C’est vrai, aujourd’hui je ne bosse pas, contrairement aux jours de déprime. Cependant, je peux assurer que certains jours où je suis tranquille chez moi, je vais aussi mal, voire plus.

Hier, j’ai parlé toute seule, comme ça m’arrive souvent, à un ami quasi imaginaire, et j’ai décris une vie rêvée. J’avais une petite fille, Diane- sous l’effet des hormones, j’avais voulu l’appeler Artémis, mais mon copain, ami, compagnon m’avait convaincu, en négociant pour le nom latin de la déesse. J’avais changé de boulot et déménagé. Je n’habitais plus à Paris, mais à Chambéry, pas très loin de mes parents avec mon mari qui devait souvent aller travailler à Paris et ma fille. A présent, mise à part elle, ce qui occupait mon temps était d’écrire sur mon blog : « simplement zéro » et d’écrire un livre en parallèle.

Je crois que cette histoire m’a fait du bien aussi.

Je voulais partager cela, car c’est important pour moi.

Publicités

Ça y est c’est l’automne

Ça y est, c’est l’automne! J’ai ressorti mon gros pull rouge moyen chaud (le fil n’est pas très serré et pas très épais, mais il est doux et tellement confortable!), quel plaisir! Orgasmique, comme dirait une personne lors d’un de mes cours de feldenkrais.

Aujourd’hui, c’est aussi le jour de Biocoop. On a un nouveau « tous biocoop’s » à lire et bientôt un nouveau « culture bio », le premier étant le magazine interne de biocoop et le deuxième le magazine de tout.e un.e chacun.e.

Ma fenêtre est encore ouverte, je profite de la vie extérieure avant qu’il ne fasse définitivement trop froid.
Biocoop… Biocoop ? Biocoop! Source de joie et de stress, ô toi réseau à l’éthique fantastique! Toi en perpétuel progrès! Toi vert et gourmand! Sain et bon vivant!
Comment te faire progresser et me faire progresser avec toi ?
Vous l’aurez compris, j’aime mon entreprise. Oui car il s’agit bien d’une entreprise à laquelle je déclare ma flamme depuis quelques lignes.
Biocoop correspond bien à l’automne car c’est un entre deux, comme le printemps-mi chaud -mi froid. (A ce propos, je viens de remettre dehors une abeille un peu sonnée par la fraicheur. Cruelle ? Je ne pouvais quand même pas l’héberger!). C’est une des saisons pour la fameuse cure de sève de bouleau. C’est aussi la saison pour la cure de raisin, et oui ça y est! C’est le moment du jeûne, le moment pour se remettre en forme.
Pas d’accord ? Pas envie ? Ça tombe bien moi non plus! Vous voulez connaître un secret ? La vérité est que Biocoop correspond à toutes les saisons. Moi j’ai envie de me pelotonner dans mon pull, avec ma PAL (lisez Pile A Lire, connue des Booktubers), et mon chocolat chaud… Vous avez dit chocolat chaud ? Chok ola cho. Insistez sur le chuchotement, puis abrégez le k et ainsi de suite, vous avez la méthode ASMR (impossible de me souvenir des mots, comprenez une méthode qui à l’aide de petits bruits vous donne des frissons de la tête aux pieds). Biocoop c’est ça, parce qu’aujourd’hui mon lait, je le veux d’avoine et que demain je le voudrais de vache jersaise crémeux à souhait…Et mon chocolat ? Du plaisir uniquement. Parce qu’il est équitable et bio. Je ne vous fais pas un dessin, nous nous comprenons je crois. Les bruits à Biocoop ? Ce sont les clients. Avec le sourire pour beaucoup et les petites discussions s’improvisent dans les allées. Des demandes surnaturelles : avez-vous de la crème de souchet ? Pour moi le souchet était une nourriture de fée. Oui la fée Mély, dans son chaudron pastel. Mais je m’égare. Non nous n’avons pas ça. Du miel de Manouka peut-être ? Non plus il vient de trop loin… Souvent nous n’avons pas. Pourtant, les clients reviennent. Nous avons certaines choses peut-être. J’aime à penser que nous avons plus. Comment l’appeler ? Une âme ? Oui une âme c’est bien. Une flamme ? Un peu cliché. Non une âme. Celle que le Diable ne nous prendra pas. Quand à savoir qui est le Diable, ça mes enfants, c’est une autre histoire…

De Clara, avec son pull rouge et son chocolat chaud, à l’avoine pour cette fois.